Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 10:00

L’être et le faire

Qui suis-je ? Notez spontanément cinq réponses.

 

C’est par ce test que la psychologue clinicienne Yolande Mayanobe-Gannac débute son cours de psychologie.

 

« Le “choc” face à la page blanche déstabilise les élèves et fait tomber leurs “défenses”, donnant une authenticité à leurs réponses. »

 

La psychologue a noté plusieurs constantes :

 

« Les hommes se définissent par ce qu’ils font, métier, sport pratiqué, études suivies, projets…

Les femmes donnent leur prénom, parlent de leur situation familiale, épouse, mère de X enfants, fille aînée ou cadette… Puis se décrivent par leur caractère : sensible, énergique ; ou leur état : amoureuse, heureuse… Ce que les hommes n’écrivent jamais.

La femme reste dans l’être et fait primer ce qui concerne son affectivité.

L’homme reste dans le faire : il se sent homme parce qu’il agit. »

 

 

Essayez vous aussi de vous définir !

 

http://img11.hostingpics.net/pics/945286femmeyeuxbandes.jpg

 

Petit rappel :

 

Ne pas se définir, c'est courir le risque d'être défini par les autres.

En fonction de leurs besoins, de leurs attentes ou de leurs peurs.

(Jacques Salomé)

 

Partager cet article

Repost 0
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 18:00

 

« Quand les gens commencent à méditer ou à pratiquer une discipline spirituelle, ils pensent souvent qu’ils vont s’améliorer d’une façon ou d’une autre. Cette attitude représente une sorte d’agression subtile contre ce qu’ils sont réellement.
C’est un peu comme de dire : "Si je fais du jogging, je serai quelqu’un de bien mieux", "Si seulement je pouvais avoir une belle maison, je serais quelqu’un de bien mieux", "Si je pouvais méditer, m’apaiser, je serais une bien meilleure personne". […]
Or, il ne s’agit pas d’essayer de nous changer. La pratique de la méditation n’a pas pour but de nous rejeter de nous-même et de devenir meilleur. Son objet est de nous lier d’amitié avec la personne que nous sommes déjà. La pratique se fonde sur vous, moi, qui que nous soyons, maintenant, exactement, tels que nous sommes.»
(Pema Chödrön, Dire oui à la vie)

Avez-vous remarqué (ou pouvez-vous imaginer) à quel point on s’épanouit quand une personne nous aime complètement, profondément, totalement – exactement comme on est, sans essayer de nous changer ? Dans un climat aussi sain et aussi ensoleillé, on se déploie comme un nénuphar en une belle journée d’été.

Pourquoi serait-ce différent lorsque nous sommes la source de cet amour inconditionnel ? Pourquoi craignons-nous de stagner ou de nous transformer en mollusque en nous acceptant aussi profondément ?

Cela peut sembler drôle à dire, mais on n’a pas besoin de vouloir changer pour changer. Oh, on peut certainement décider de modifier certains de nos comportements, et obtenir le résultat désiré. Cela dit, les grandes transformations qui nous libèrent profondément ne peuvent être faites sur commande, par la simple force de notre volonté. C’est la vie qui s’en charge, de la même façon qu’elle se charge d’ouvrir les pétales des nénuphars sous le doux soleil d’été.

Ainsi, la plus grande chose que l’on peut faire pour devenir le meilleur de nous est simplement de nous détendre, de nous alléger, d’être bon envers nous-même, de faire la paix avec ce que l’on est – bref, de créer en nous le climat ensoleillé qui permet à notre essence de se déployer. Aussi bien intentionné semble-il, notre désir de se changer est souvent le plus grand obstacle au changement, paradoxalement, car il nous rend compact et fermé.

En fin de compte, on pourrait dire que le meilleur de nous n’est pas ce qu’on devient à force de vouloir se changer… C’est ce qu’on devient à force de s’aimer.

 

(Marie-Pier Charron)

 

Source : http://matinmagique.com/sp17.html


 

Merci Yasmine !

 

http://img4.hostingpics.net/pics/546911nnuphar.jpg

Partager cet article

Repost 0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 22:01

http://img11.hostingpics.net/pics/960840creeunevie.jpg

Partager cet article

Repost 0
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 18:00

La naturelle ou la maquillée ?

http://img4.hostingpics.net/pics/462985Maquillage1.jpg

 

http://img4.hostingpics.net/pics/316857Maquillage2.jpg

 

http://img4.hostingpics.net/pics/855345Maquillage3.jpg

 

http://img4.hostingpics.net/pics/438102Maquillage5.jpg

 

http://img4.hostingpics.net/pics/896357Maquillage6.jpg

 

http://img4.hostingpics.net/pics/427192Maquillage7.jpg

 

http://img4.hostingpics.net/pics/295248Maquillage8.jpg

Alors, qu'est-ce qu'on décide, les filles ?!

On triche ? Ou pas !

 

http://img11.hostingpics.net/pics/277653commentaireavis.jpg

Partager cet article

Repost 0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 22:01

 

Qui n'a pas connu la passion ne sait pas faire la différence

entre la fièvre, le vertige, l'ivresse et l'embrasement.

(Bernard Pivot)

 

http://img11.hostingpics.net/pics/661264coupleetreinte.jpg

Partager cet article

Repost 0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 22:01

 

On se perd si l'on perd l'enfant que l'on a été.

(Charles Berling)

 

http://img4.hostingpics.net/pics/223064hayaomiyazaki.jpg

 

Hayao Miyasaki

Partager cet article

Repost 0
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 10:00

 

A rechercher l'amour des autres, on s'éloigne de soi-même. On devient un personnage, en fonction de ce que l'on imagine être l'attente de l'autre. Puis encore un autre, et toujours un autre, dans un mouvement sans fin. (Tarun Tejpal, La Vallée des masques)

 

http://img4.hostingpics.net/pics/511652femmemasque4.jpg

Partager cet article

Repost 0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 19:00

Le rêve de bonheur

http://img15.hostingpics.net/pics/314564filletterevebonheur.jpg

 

Il était une fois une petite fille qui avait un rêve de bonheur.


Il y a comme cela de par le monde des petites filles douées pour le bonheur. D'abord, elle était née un soir d'été, alors que dans le ciel éclataient les premiers feux d'artifice de la fête de la Liberté. Par la suite, sa peau se gorgeait de soleil dés qu'apparaissaient les premiers rayons et ces couleurs de miel ou de pain bis dont elle se revêtait la rendaient éclatante de joie.
Par la suite son visage s'illumina avec une belle rangée de dents dites "de la chance" et chacun s'amusait de ses fossettes rieuses.
Oui, elle était très attirée par le bonheur.


Mais autour d'elle, on lui disait, on lui montrait comment il fallait souffrir, travailler ou se sacrifier avant de goûter au bonheur. On lui avait même laissé croire qu'il valait mieux inscrire dans son corps quelques marques ou cicatrices révélatrices de sacrifices notoires, pour mériter plus tard un peu de bonheur.
Comme elle n'avait aucun goût ni pour les souffrances, ni pour les sacrifices, ni pour le travail, et qu'elle aimait rire dans le soleil, s'amuser, se réchauffer auprès d'amis, elle se trouva vite en conflit et rapidement elle préféra renoncer à son rêve de bonheur, n'y plus penser plutôt que de le détériorer ainsi. Elle le cacha au fond d'une malle. Très vite, le rêve perdit de son éclat et de sa vivacité, puis elle l'oublia.


La petite fille, devenue grande, poursuivit des études, se maria et eut beaucoup d'enfants...  tout ce qu'il faut pour que comme dans les contes, on puisse accéder au bonheur.
Nulle ombre de bonheur ne vint effleurer sa vie.

Elle vécut ainsi, avec économie dans la persévérance, la peine, les obligations et les devoirs. Peu à peu son sourire lui-même se figea sur son visage. Il lui arriva même de rabrouer ceux ou celles qui se permettaient de rire un peu trop bruyamment. Chaque jour elle s'efforça de tenir convenablement le rôle qu'on lui avait appris.

Pour cela, elle veillait à ce que chacun, autour d'elle, reçoive son comptant de bonheur. Cela, c'était permis et même recommandé, mais pas plus !

Quelques fois, cependant, elle percevait qu'en elle vibraient des désirs argentés, elle vivait des tiraillements, des petits pincements au coeur, mais elle ne connaissait pas d'autres façons de faire.


Un jour, alors qu'elle était devenue vieille, que ses enfants étaient partis, qu'elle pensait avoir accompli sa tâche, son rêve d'enfant lui toucha doucement le front.
Elle retrouva le coffre où elle avait enfoui son rêve de bonheur, le retourna en tous sens. Elle en sortit les vieilles souffrances accumulées, les rancoeurs, les abnégations, les interdictions, quelques travaux, mis de côté pour les jours où elle manquerait d'ouvrage. Elle retrouva même les recommandations... Les conseils de ses vieux maîtres en éducation qui lui avaient enseigné tout ce qu'elle devait retenir et modifier dans son attitude pour parvenir à vivre des relations harmonieuses.

Elle écarta tout cela, d'abord avec lenteur, puis rejeta le tout. Cela lui coûtait beaucoup de se séparer de ces vieilles choses, mais elle avait besoin d'aérer sa vie. Tout au fond du coffre, bien à plat, bien rangé, elle vit son rêve de bonheur, toujours aussi soyeux et joyeux. Il n'avait pas pris une ride, peut-être même lui apparut-il plus beau encore. Elle s'en saisit et le serra très fort sur son coeur, elle sentit que tout au fond d'elle, elle ne l'avait pas quitté mais qu'il lui avait terriblement manqué. Elle décida de ne plus s'en séparer.


Elle a aujourd'hui libéré ses éclats de rire. Elle sait accepter, avec chaque fois le même émerveillement, les plaisirs qui sont bons pour elle. Elle sait aussi s'éloigner des contraintes qui lui rappellent les efforts d'antan. Elle redécouvre précieux son besoin de bonheur, de cadeaux colorés à recevoir, à entretenir.

Ceux qui l'approchent la perçoivent chaleureuse, rayonnante, authentique. Certains s'en éloignent, sceptiques, mais d'autres se mettent à leur tour à rêver de bonheur.

Aujourd'hui, elle ne propose plus de recette, elle invite chacun à retrouver en lui-même ce très vieux rêve enfoui.

 

(Jacques Salomé)

 

http://img15.hostingpics.net/pics/862974Vieillemalle.gif

Partager cet article

Repost 0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 11:00

 

http://img4.hostingpics.net/pics/409865troisvies.jpg

Partager cet article

Repost 0
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 19:00

 

Nous sommes tous étrangers à nous-mêmes, et si nous avons le moindre sens de qui nous sommes, c’est seulement parce que nous vivons à l’intérieur du regard d’autrui. (Paul Auster, Chroniques d’hiver)

 

http://img11.hostingpics.net/pics/294215regardinterrogatif.jpg

Partager cet article

Repost 0

Bienvenue à vous, Visiteurs !

Je vous entraîne dans un petit voyage vers tout ce que j'aime et qui, d'après moi, rend la vie plus belle et plus douce ! Alors, suivez-moi sur mon chemin alicien ... 

 

Nous sommes façonnés par ce que nous aimons. (Goethe)

Rechercher Un Article

Archives

Recommandations et contact

Pour un surf optimum : Google Chrome !

http://img11.hostingpics.net/pics/715333boutonderose.jpg

Si une image vous appartient et que vous ne

souhaitez pas la voir apparaître sur ce blog,

contactez-moi via commentaire ou

message direct (voir ci-dessous),

je l’ôterai immédiatement.

 

Pour toute communication,

envoyez-moi un message > ici !

 

http://img15.hostingpics.net/pics/522704topblog.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/940413blog2013.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/751130Blogdouceur2.jpg

http://img15.hostingpics.net/pics/969654Lauriers2012.jpg

http://img15.hostingpics.net/pics/864602Blogdor2011.jpg

http://img15.hostingpics.net/pics/559325Excellenceblog.jpg

http://img15.hostingpics.net/pics/574367Lileauxblogs.jpg

http://img11.hostingpics.net/pics/347816iconeproduitqualite.png

annuaire toplien.fr

annuaire référencement